SRG SSR

HomeIntro

Comment les sous-titrages pour la télévision sont-ils élaborés?

La production et la diffusion de sous-titres sont des opérations coûteuses et exigeantes en termes de ressources humaines. SWISS TXT, filiale de SSR, accomplit cette tâche depuis plus de 25 ans pour les chaînes de SRG SSR. Cette prestation, lancée en 1985 en Suisse romande, constitue aujourd’hui un service complet pour tous les téléspectateurs qui ont besoin du sous-titrage pour suivre les programmes de télévision.
Mais comment les sous-titres sont-ils réalisés? La télévision diffuse pour l’essentiel deux types de programmes: les émissions en direct et les programmes enregistrés. Pour ces deux types de diffusion, la production des sous-titres est très étroitement liée à celle du programme.

Programmes diffusés en direct

Une émission diffusée en direct est préparée minutieusement. Chaque émission présente par exemple un déroulement, à savoir une structure, qui détermine l’ordre de diffusion. En outre, beaucoup d’émissions en direct comportent des éléments préexistants comme des enregistrements ou des textes. En préparant son intervention, le sous-titreur doit recueillir les informations requises pour l’émission concernée.
Les journalistes de télévision qui produisent le journal télévisé enregistrent leurs textes par exemple dans un système de rédaction. Ce dernier est également accessible aux sous-titreurs qui ne se contentent pas de copier les textes dans le système de sous-titrage. Au contraire, ils  les corrigent, les abrègent et les complètent le cas échéant. Cependant, il n’existe pas de texte pour certaines parties du programme comme les interviews avec des correspondants. Dans ce cas, on fait appel à la reconnaissance vocale. Un respeaker écoute l’émission et répète le texte qu’il entend, et un ordinateur convertit les signaux acoustiques en mots en vue d’une diffusion immédiate par le système de sous-titrage.

Qu’est-ce qu’un respeaker?

Le respeaker écoute l’émission et répète les textes qu’il entend. Un logiciel particulier qui  reconnaît la voix retranscrit les paroles en texte. Pour cela, le respeaker doit cependant être capable de reformuler instantanément les textes qu’il entend en phrases pouvant être diffusées. Son élocution doit en outre être intelligible pour le logiciel. SWISS TXT utilise cette technique pour ses émissions en direct. Contrairement à la Grande-Bretagne ou à la France, nos sous-titres en direct ne sont pas transmis mot par mot mais par blocs, parce que cette forme de présentation est nettement plus lisible. La vaste majorité des malentendants apprécie l’utilisation de cette technique.

Emissions enregistrées

La plupart des télédiffusions sont enregistrées, même lorsque le téléspectateur a l’impression qu’elles sont en direct. Les fictions comme les films ou les pièces de théâtre sont presque toujours enregistrées.
Un technicien gère les bandes vidéo de ces émissions qui peuvent, en partie, aussi être enregistrées dans des fichiers électroniques. Certaines sont déjà prêtes des semaines avant la diffusion, d’autres seulement quelques heures avant leur passage à l’antenne. Après avoir terminé les préparatifs techniques autour de la bande vidéo, le gestionnaire veille à ce qu’un sous-titreur soit sur place au moment de l’arrivée de la bande pour assurer le sous-titrage. L’art du sous-titrage ne se résume pas à taper des répliques et à les insérer au bon endroit dans le film. Le sous-titreur doit aussi être capable de retranscrire un message oral dans un langage intelligible pour les sourds et malentendants, en abrégeant parfois le texte sans compromettre l’authenticité et la spontanéité de l’émission. Une tierce personne relit ensuite les sous-titres pour éliminer les fautes et les formulations confuses.
website300_redsoustitrage2.jpg
Une sous-titreuse au travail
Lors de la diffusion, la télévision émet des impulsions électroniques pour avertir le système de  sous-titrage du passage à l’antenne de l’émission. Le système de sous-titrage affiche alors le bon sous-titre au bon moment. Jusqu’à présent, ces impulsions sont délivrées par le signal du télétexte.
Il arrive parfois qu’un sous-titrage préparé ne soit pas diffusé par erreur. En règle générale, les impulsions générées par la télévision ne sont pas délivrées comme convenu. Ce problème surgit par exemple, si la télévision reçoit à la dernière minute une nouvelle bande de diffusion avec un autre numéro et ne peut plus nous communiquer ce changement. Par des contrôles réguliers, nous nous efforçons d’éviter ces erreurs, mais nous ne pouvons pas les exclure totalement.
swissinfo RSI RTR RTS SRF